Mont Fuji 富士山 [Tôkyô] [2011]

J’avais prévu de faire l’ascension du mont Fuji (ou Fujisan) dans la nuit de lundi à mardi, soit du 25 au 26 juillet 2011.

Pour s’y rendre, c’est très simple : il faut prendre un bus à Shinjuku direction Kawaguchiko Gogôme 河口湖 五合 qui est la 5e station du mont Fuji, mais il est aussi possible de s’arrêter à la 3e station. Le trajet se fait avec la ligne Keio (il faut s’éloigner un peu de la station de Shinjuku et chercher des yeux un bâtiment où il est écrit KEIO en blanc sur fond bleu foncé. De toute façon il faut traverser, pour plus d’infos demandez moi ^^)

J’avais un peu de mal à trouver, surtout que j’ai demandé mon chemin à un couple qui revenait fraichement avec leur bâton sur lequel étaient tamponnées les marques des différentes stations… ce couple m’a donné une mauvaise indication alors j’ai redemandé à des jeunes gens, et un garçon super gentil m’a accompagné jusque devant le bâtiment.
Une fois que vous avez trouvé le bon endroit, il faut prendre son billet de bus : 2600 yens pour aller-retour soit 19 €. J’ai eu de la chance, car j’ai eu mon billet à 18h, et le type au guichet a fait attendre le bus pour moi… à 5mn près j’étais bonne pour attendre une heure sur Shinjuku ! Dans le bus pas grand monde : des anglophones, des asiatiques et quelques japonais. On m’a installé dans les places réservées aux femmes « Women Only » j’étais très tranquille !

 
Le magasin du niveau 5

Le trajet m’a semblé plutôt rapide, on voit qu’on est loin de Tôkyô car il n’y a plus de buildings…  Bref, nous arrivons en pleine nuit à la 5e station. Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais au moins j’ai pas été déçue. Parce que rieeeen du tout n’est éclairé ! Il y a des magasins dont un est éclairé et devant lequel nous sommes déposés, mais c’est tout. Je vais me changer parce que c’est pas en short que je vais y arriver. Il faut payer 500 yens pour utiliser les toilettes. Et comme je le verrais plus tard, personne n’est là pour voir si on paye effectivement, c’est à l’honnêteté de chacun de mettre sa petite pièce dans la petite boite.




Une fois prête…. Eh ben….. « C’est partiiii ! » 



Comme je l’ai dit, rien n’est éclairé sur la piste, c’est pas super bien protégé, et la route principale n’est pas indiquée non plus…. On s’engage sur une route qui commence par descendre. Dans la nuit, on voit les lumières de la ville en contrebas, je pense que c’était Hakone. C’est magnifique en tout cas….

A partir de là, c’est le début… le début de la fin. Sisi, il était 20h30 et c’était déjà dur. De une, je me répète, mais rien n’est éclairé. Bien sûr j’ai ma lampe frontale de chez GO Sport qui éclaire quelques dizaines de centimètres devant moi, mais c’est tout. Et des fois c’est difficile de distinguer la route à suivre et le chemin de caillou. Et puis parfois il y a des sortes de crevasses dangereuses où il est possible de tomber si on n’y prend pas garde, ou si on va trop gauche on tombe de très haut également, etc… Franchement plus dangereux que je n’aurais pensé. Ça faisait partie des trucs que je ne savais pas alors que je m’étais pas mal renseigné sur le sujet avant d’y aller.

Mont Fuji Safety Guidance Center

Au début, je ne voyais vraiment pas grand monde. Des fois des gens passaient devant moi, des fois je voyais des lumières de lampes derrière moi… Globalement le début n’était pas encombré. Je marche pendant environ 1h et on me remet un papier au « Mont Fuji Safety Guidance Center ». Bon, déjà je suis pas perdue c’est bien. Mais mon dieu comme j’ai mal aux mollets ! Forcément comme on monte en pente, ce sont les muscles des mollets qui prennent tout, et au bout d’un moment je monte même en faisant dos à la route, car en lui faisant face c’est trop éprouvant. Il ne fait pas encore trop froid, avec seulement ma polaire je suis bien, mais la transpiration est extrêmement désagréable d’autant qu’elle devient froide et glace le dos.

A partir de là, je commence à suivre un couple avec leur petit garçon, mais je finis par les perdre de vue. Je monte 10mn en suivant une sorte de route vraiment dangereuse quand 3 personnes me font des signes avec leurs lampes et leurs bras. Je me dirige vers eux… eh ben j’étais tout simplement hors-piste en fait, et les trois compagnons m’aident à escalader le grillage pour les rejoindre. Je les remercie et nous montons. Au bout de 10mn nous faisons une pause, une des filles se met à chanter Hakuna Matata en japonais. Elle a une superbe voix ! Puis on se présente et comme souvent on m’appelle Marina et non Marine. « マリーヌ? かわいいい! »
Tous les trois ont été très généreux et gentils tout le long, très prévenants.

On monte, on marche, on se soutien avec des « 大丈 » auxquels on répond invariablement par « うん、大丈 »  (c’est-à-dire « Ça va ? » / « Oui ça va »). Le début du trajet ensemble ça allait, nous allons tous les 4 à la même vitesse, je les écoute parler, je commente de temps en temps. La fille a la jolie voix (je vais l’appeler Kuro ça sera plus simple) Kuro parle beaucoup, les autres sont souvent à rigoler. Les minutes passent ainsi et nous nous arrêtons à la 7e station. On s’équipe mieux : écharpe, veste supplémentaire, k-way… tous mettent leurs gants, et voyant que je n’en avais pas… le garçon du groupe chose sort une seconde paire de son sac et me les offre… Trop gentil ! Même si à ce moment-là, je n’avais pas conscience que c’était carrément une question de vie ou de mort ces gants !! Je réalise maintenant que sans ces gants, je n’aurais pas pu continuer. Tous les trois respirent dans leur bouteille à oxygène, chose que je n’avais pas pris, jugeant cela superflus. Et à ce moment-là ça allait.

Le long de la route, nous croisons davantage de personnes, et parfois des gens malades qui vomissent sur le côté… C’est effectivement toujours aussi dur, chaque pas que je fais me semble être une épreuve, je me dis que je ferais mieux d’arrêter, que j’ai essayé et c’est déjà bien… Mais quand je vois la détermination dans le regard de mes compagnons et dans celui des autres grimpeurs qui nous dépassent ou que nous dépassons… J’ai plus envie de laisser tomber.
Presque toutes les 10 minutes, ce schéma de « J’abandonne/Oh non je vais tenir bon bo*rdel !!!! » se répétait, le dernier prenait toujours le pas sur l’abandon. Nous nous arrêtons cependant assez régulièrement, on voit très bien les lumières des lampes frontales des autres personnes, ou les lumières des magasins et refuges plus haut. Ça me rassure, je me donne des buts « Allez, dans 10mn tu y seras, tien bon » ou « De toute façon tu vas marcher pour y aller, alors fais-le maintenant sans t’arrêter, oublie le reste… » Bref je m’encourage, et je me rend compte que c’est bien mieux de le faire avec des compagnons qui te remontent le moral ou t’encouragent quand tu veux arrêter, que seule…

Je n’ai aucune idée de l’heure qu’il était, j’étais complètement perdue dans le temps. Minuit ? 2h du matin ? Bientôt 3h ? Ces chiffres ne signifiaient plus rien, seuls les numéros de stations et le nom des refuges avaient un sens « Allez, on est à Toyo-kan, courage !! » ou « C’est bon, c’est Horai-kan qui est en vue ! » « La 8e station ! On y arrive, encore un peu de courage…. !! » C’est déstabilisant, d’autant que là pendant que j’écris, justement, je ne sais pas du tout à quelle heure nous sommes arrivés où, combien de temps nous mettions pour monter, combien de temps nous nous reposions…

Globalement, à partir de la station 8 (3100m d’altitude) et pire encore à la station 8.5 (3400m)  j’avais énormément de mal à respirer, le garçon m’a donné une bouteille d’oxygène puisqu’il en avait deux (franchement… être aussi généreux avec quelqu’un qui croise notre chemin, ça ne se voit pas tous les jours en France…), et ça allait un peu mieux, mais ça ne durait jamais guère longtemps. Quand nous escaladons les rochers, les japonaises lancent des « Je vais mouriiiir, j’ai peuuur ! こわいいーー! »  des petits « Kyah » etc… alors que grimper sur les rochers me rappelle la Bretagne, quand j’allais sur l’ile de Garo avec ma famille et qu’avec mes frères nous grimpions sur les rochers… Bon, là il y a la pente en plus, il fait noir et il fait froid, mais j’aimais bien quand  même ! Alors qu’inversement, je galérais à marcher quand le terrain était plat alors que le trio y arrivait. Je suppose que l’un faisait appel à certains muscles qui allaient bien et l’autre à des muscles différents qui me faisaient souffrir. 
Comme nous allions à des rythmes différents, nous nous arrêtions quelques secondes pour se retrouver, voir qui est où. La dernière heure, je m’arrêtais davantage pour essayer de respirer, mais c’était extrêmement dur. Cumuler la fatigue, le froid, les douleurs, le fait que le jour même je n’avais mangé qu’un melon pan avec une copine et que j’avais en quelque sorte oublié de prendre un repas correct…. J’avais la tête qui tournait atrocement, l’impression que j’allais m’écrouler à chaque pas… le garçon chose s’arrêtait régulièrement dans sa lancée pour m’attendre et m’accompagner, sa présence me forçait à faire de mon mieux et à avancer coûte que coûte.





Plus les heures avances, plus il y a de monde sur la toute, et vers 3h du matin, nous sommes bloqués, nous avançons petit à petit, pas après pas, énormément de personnes se pressent autour de nous et nous manquons de nous perdre de vue. Le soleil se lèvera dans un peu plus d’1h30 et à vue de nez, ce sera difficile d’être au sommet à l’heure.


Pendant notre marche, un groupe de 6-7 religieux habillés en blanc passent à côté de la foule en entonnant des chants que j’ai trouvé… mystiques. Seuls ces chants brisent le silence de la nuit et nous sommes tous à les écouter. Ils sont chaudement vêtus certes, mais ce sont des geta et des tabi qu’ils ont au pied… ! (pour comparer grossièrement, c’est la même forme que des tongs) Comment parviennent-ils à monter les rochers sans se fouler la cheville avec de pareilles chaussures ? Ça me parait être un tour de force. Leur carrure et leur apparence forçait déjà mon respect.

 
C’était bourré de monde….

Au loin, les lumières rouges se montrent déjà… Je suis frustrée et dégoutée : il reste encore énormément de monde sur la route, j’ignore quelle heure il est, j’ignore à quelle heure je pourrais arriver, j’ignore à quelle heure le soleil va se montrer. Dans 5mn ? Dans 30mn ? Même maintenant, quand je visualise la scène, je perds la notion du temps. Et je perds aussi de vue mes compagnons bien plus haut. Je rassemble tout mon courage, le peu qu’il me reste et quittant la route principale où une personne seulement peut circuler à la fois, je marche et escalade les rochers où personne ne va, je double ainsi beaucoup de gens, je me dépêche, tout en regardant derrière moi avec nervosité, en regardant si mes compagnons de route sont à côté… Mais je ne les vois pas. Alors que je dépasse la torii principale, je jette des regards affolés, j’ai bien envie de crier leur nom, mais ce serait briser l’ambiance solennelle qui règne en haut. Je me cherche alors une place, pensant partir à leur recherche ensuite…





4h40. 
Je suis à 3776m d’altitude.
Après 7h30 de trajet, de douleur et de fatigue, le soleil va faire son apparition.
Je me suis trouvé une place en avançant sur la droite. Assise entre quelques personnes, je sors mes affaires. Un calme relatif règne, peu de personnes discutent autour de moi, les gens se font discrets et surtout ne quittent pas le ciel des yeux.


Puis un homme près de nous brise le silence par son hurlement :
« Il est là !! » (quelque chose comme ça), et toute la foule pousse des « Ooooh ! » et des « Aaaah ! » ; elle cherche à distinguer les lueurs dorées et orangées du soleil parmi les nuages et l’aurore. Les couleurs au loin prennent une forme arrondie, et la foule se fait fébrile, attendant qu’il se dévoile.
Petit à petit, le demi-cercle révèle ses formes. La tension est à son maximum : nous attendons tous qu’il se montre en entier pour pousser des cris de joie. Les photographes amateurs et professionnels attendent de pouvoir immortaliser la seconde où il se détachera complètement des nuages.


Là encore, un silence de mort règne, comme si le moindre bruit risquait de retarder celui qu’on attend tous.
Et enfin, le soleil est entièrement sorti.
« BANZAIIII !! » 
…hurle un japonais. C’est lui qui donne en quelque sorte le signal, car de partout nous entendons des cris de joie « Banzaiiii !! Nippon banzai !! » et bien sûr je me joins à eux pour exprimer la joie qui m’habite, et qui habite sans aucun doute les autres courageux grimpeurs.


Les cris se taisent petit à petit, un brouhaha naturel reprend le dessus et la foule s’agite pour faire davantage de photos, pour poser devant le ciel magnifique, les gens se sourient et se demandent entre eux si on peut les prendre en photo. Occidentaux, asiatiques ou Japonais, nous partagions je pense le même bonheur… de quelques instants -hélas ce fut si rapide ! Mais n’est-ce pas après tout l’éphémère qui est grandiose ? (^^)

A 10mn près nous (les 3 Japonais et moi) n’étions pas au sommet à temps. Franchement j’ai jamais souffert autant, je ne me suis jamais autant dépassé. Je ne pensais pas que c’était si dur.
Ma fatigue extrême pour atteindre à temps le sommet et la beauté du lever du soleil qu’on a tous attendu m’ont mis les larmes aux yeux… c’était un incroyable spectacle, un tableau où se mélangent les tons dorés, orangés et noirs, où les nuages sont teintés de couleurs chaudes où l’on en oublierait presque qu’il fait terriblement froid. Nous avons tous marché de longues heures pour arriver jusqu’en haut, et sommes « récompensés » par cette vue magnifique.



D’ailleurs, j’ai vraiment trouvé ça un signe car le vent s’est mis à soufflet uniquement quand le soleil a été bien en haut du ciel, que le lever était fini… comme si le vent ne voulait pas perturber le silence presque mystique et nous laisser en paix admirer ce lever du soleil.


 
Pour la fin, je vais abréger : 
 
Une dame qui m’a pris en photo ^^

– j’ai cherché les 3 Japonais, mais je ne les ai pas retrouvés. C’est vraiment pas faute d’avoir scruté la foule de long en large, et d’avoir regardé dans les petits restos. Mais rien. Complètement déçue de les avoir perdus, j’aurais tant voulu garder contact…. 
 

– je ne suis pas restée très longtemps ensuite, j’aurais tellement voulu manger quelque chose de chaud… mais j’étais prise de nausées et je n’avais pas particulièrement envie de vomir devant tout le monde… Alors après m’être isolée quelques minutes j’ai repris la route pour rentrer, à mon grand regret je n’ai pas pu m’éterniser au sommet…
– c’était dur de savoir quelle route je devais prendre, et au total j’ai du mettre 3-4h pour redescendre. La piste était raide et on manquait à chaque pas de glisser sur les petits cailloux. Elle n’était pas dure à descendre, seulement longue, en zig-zag, et glissante.


J’ai vraiment raconté avec un maximum de détail, respect si vous avez pris le temps de tout lire. Cette expérience aura été une des plus grandioses de mon séjour, presque de ma vie même. J’attendais ce jour avec énormément d’impatience puisque le Fujisan me fascine.

Vue sur le lac d’Hakone
Pour mes conseils :
 

– j’avais déjà donné quelques pistes sur ce billet publié quelques semaines avant

– prenez une bouteille d’oxygène au cas où, au moins une pour deux, car on ne sait pas comment on va réagir si on a jamais fait d’ascension. Je ne pensais pas que j’aurais eu autant de difficulté à respirer et reprendre mon souffle, et si le garçon ne m’avait pas fait ce cadeau, j’aurais laissé tomber depuis longtemps…
– prenez 1.50 voir 2L d’eau, car c’est fou ce qu’on a soif rapidement !! Mieux encore, prenez du café ou du lait au chocolat, ou du thé, ça réchauffe et c’est toujours ça
– de manière générale, prenez à manger en quantité suffisante. J’ai fait tourner mon paquet de biscuit si bien qu’au final je n’en ai pas mangé beaucoup –cependant les autres ont bien sûr partagé avec moi…. Notamment un bout de fromage qui tenait davantage du Kiri que du fromage !
– partez à 20h, voir 1 ou 2h avant… Au moins vous aurez le temps d’aller à votre rythme, car c’est frustrant de se dire qu’on n’arrivera pas à temps parce qu’il y a la queue sur la route principale !!
– prenez impérativement des gants et une petite serviette à mettre autour de votre cou pour éponger la transpiration

Pour toute question ou conseils, n’hésitez pas à demander ^^
Cet article a été publié dans 2011, A voir, Culture, Fuji, http://schemas.google.com/blogger/2008/kind#post, J'ai testé pour vous, Japon, Mon Fuji, Montagne, Review, Tokyo, 日本, 東京. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Mont Fuji 富士山 [Tôkyô] [2011]

  1. Anonyme dit :

    Tu peux être fière de toi!
    Quel périple passionnant, toi qui en rêvait! Sans être une sportive accomplie, tu as réussi à atteindre le sommet! BRA-VO!
    J' ai la larme à l'oeil en voyant ce magnifique lever de soleil! Nous, on ne voit chez nous que le coucher! C'est déja magnifique….
    Belle narration, le suspens en plus!
    BIZ.
    Mounette.

    J'aime

  2. Porki dit :

    J'aime 😎

    J'aime

  3. Poison Lady dit :

    Superbe article. Tu arrives parfaitement à transmettre à quel point c'est crevant, pour ne pas dire désespérant, mais aussi à quel point ça vaut le coup =)
    On s'y croirait!

    J'aime

  4. Tam dit :

    Très très bel article ! J'aime ta façon de raconter, dans le détail mais sans en faire trop.
    Et tu sais quoi ? J'hésitais fortement à faire cette ascension alors que mon copain en rêve. Je me doute de la difficulté et j'ai peur de ne pas en être capable… Mais ton récit et l'émotion qu'on ressent quand tu raconte le levé de soleil m'ont finalement décidée : je le ferai !

    J'aime

  5. Sweet dit :

    Ooh Tam… !
    Quand on dit qu'enfants comme personnes âgées font l’ascension jusqu'en haut.. c'est vrai 😉 alors une jeune femme en bonne santé comme toi ne devrait pas rencontrer trop de difficulté si tu te reposes suffisamment quand tu en as besoin (donc prendre pas mal d'avance) et que tu es bien équipée (oxygène, habits chaud, boisson/nourriture…). Avec une bonne préparation, je suis sûre que ça sera presque (!) un bonheur d'escalader avec ton amoureux !
    Quant à l'arrivée, c'est vrai que c'est juste le bonheur… c'est magnifique… en parler ou m'en souvenir me donne les larmes aux yeux ^^'
    Je suis heureuse et flattée que ce récit t'ai plu en tout cas. Comme vous restez une année, vraiment je le conseille chaleureusement !

    Maman, Alex, Lady : merci à vous trois ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s