Langue des Signes japonaise

Bonjour !

Voilà un petit moment que, trop occupée, je n’avais rien pris le temps d’écrire. Mon boulot m’occupe pas mal et je n’ai plus le courage d’écrire le soir ou le week-end pour le blog. Cela dit, en ce moment je suis en vacances, alors je reprends un peu la plume.

Même si je suis occupée, je continue (très doucement) à étudier le japonais chez moi, et je me suis également mise à étudier le langage des signes japonais (shuwa 手話, les kanjis sont très simple : le caractère de la main + le caractère du langage).

20161228_112930

Les préfectures japonaises en langue des signes

J’ai toujours été très intéressée par la langue des signes en France, mais quand je me suis renseigné sur internet, j’ai lu qu’il ne servait à rien de l’apprendre quand dans notre entourage il n’y avait pas de personne avec qui communiquer en langue des signes. J’étais hyper déçue, et stupidement j’ai laissé tomber sans avoir commencé.

Ici au Japon, comparativement à la France, j’ai l’impression de voir plus de personnes ayant un handicap physique, psychologique, ou ayant des invalidités. Je croise régulièrement des personnes qui malgré leur handicap semblent mener une vie routinière métro-boulot. En France je n’avais pas tant cette impression. Ici, il y a des escalators, des ascenseurs, des rampes d’accès à peu près partout dans les lieux accueillant du public, il ne me semble pas aussi difficile de se déplacer en fauteuil roulant par rapport à la France (de ce que je peux lire sur le net du moins). Dans certains grands magasins, il y a des personnes chargées de traduire en langage des signes. Dans d’autres, il y a des employées chargés de conduire les clients aveugles/malvoyants dans le magasin et les aident à faire leurs courses. C’est un pays où (du moins dans les grandes villes) il y a une grande facilité d’accès pour tous.

Est-ce qu’il y a plus de personnes handicapées au Japon qu’en France, ou est-ce parce qu’il y a plus de facilités d’être indépendant au Japon qu’en France que j’ai l’impression qu’il y a plus de personnes avec un handicap ? J’avoue que la situation du handicap m’intéresse, alors si vous avez des articles ou des liens là-dessus, je suis à l’écoute !

Pour rentrer dans le vif du sujet, du fait de mon travail, je sus en contact très régulier avec des clients japonais, et il m’est déjà arrivé d’avoir des clients sourds, qui lisaient sur mes lèvres pour me comprendre. Au bout de deux fois, je me suis dit que ça serait quand même chouette et que ça leur ferait plaisir si on leur répondait en langage des signes, alors je me suis acheté un bouquin sur la langue des signes japonaise.

Au passage, personne malentendante se dit « rousha » ろう者 en opposition à une personne entendante « chousha » 聴者.

 

Pourquoi « Langue des signes japonaise » ? Parce que comme beaucoup le savent sans doute, la langue des signes change en fonction des pays. Tout simplement parce que chaque pays et chaque culture est différente, chaque langue parlée est différente, chaque langue des signe est également différente. Il y a quand même un alphabet commun, mais par exemple au Japon on utilise les kana et non l’alphabet pour retranscrire la langue japonaise (même si il faut en plus apprendre l’alphabet, on ne peut pas compter dessus pour retranscrire des mots japonais).

4f8a0

Pour prendre un exemple très simple, pour dire « merci » en LSJ (je me permet cette abréviation de Langue des Signes Japonaise, en opposition à LS Française), on place son bras de manière horizontale au niveau de sa poitrine, et on place sa main (la main qui « signe », j’expliquerai tout à l’heure) au dessus de l’autre main, puis on effectue un mouvement qui part de la main et qui va vers le visage.

Dans l’illustration, on commence par l’image à droite, ça ressemble à un au signe du « temps mort » en sport, sauf qu’on remonte ensuite sa main vers le visage (image de gauche) tandis que l’autre reste en place.

merci

En LSF c’est complètement différent : on met sa main qui signe devant sa bouche et on abaisse son bras dans un mouvement qui permet de montrer la paume de la main.

Cependant, de ce que j’ai pu voir, il y a quand même des signes qui sont internationaux, comme « au revoir » qui est un simple mouvement de la main. Bref, je n’ai pas étudié le LSF donc je vais m’arrêter là.

byby

J’ai parlé plus haut de la « main qui signe », ça dépend de la main dominante (利き手, kikite), à savoir si vous êtes droitier et que vous signez avec la main droite, ou si vous êtes gaucher et signez avec la main gauche. Peu importe en fait que vous soyez droitier ou gaucher, il faut « trouver » sa main avec laquelle on effectue le signe principal, soit la droite, soit la gauche, le tout c’est d’être constant. Je suis droitière donc je fais mes signes avec la main droite, et pour les signes qui nécessitent deux mains (comme vu plus haut, en japonais, merci nécessite deux mains), j’utilise ma main droite pour effectuer le mouvement principal alors que ma main gauche est celle qui sert d’appui.

Étudier le langage des signes japonais, en japonais, quand on est loin de maitriser le japonais, c’est pas compliqué ? C’est pas une perte de temps ? C’est pas mieux de d’abord bien parler japonais ?

Eh bien, j’invite tout le monde à se plonger dans la langue des signes.

Apprendre une langue avec un manuel en langue étrangère est un petit challenge, mais au final le manuel que j’ai est vraiment très simple à comprendre (j’ai un niveau JLPT 2, mais avec un niveau JLPT 3 je pense que ça reste encore très compréhensible / avec un niveau 5 et 4, regarder les photos et voir les vidéos du DVD est suffisamment explicite pour que le manuel ne serve que de support).  Ça fait un apprentissage du japonais en même temps, une pierre deux coups !

20161228_101135.jpg

Apprendre la langue des signes d’un pays, c’est en apprendre plus sur sa culture, sa langue, la construction du langage.

20161228_112520

Ainsi pour parler des mois de l’année, on effectue le signe du chiffre qui corresponds au mois de l’année (1 = janvier) et le signe de la lune en même temps. En Japonais, « avril » se dit « shi-gatsu » 4月, et s’écrit avec le chiffre 4 ou 四 en kanji et avec le caractère qui signifie « lune » 月. De la même manière, en langue des signes, on va représenter le signe de la lune pour montrer qu’on parle d’un mois de l’année.

 

 

 

 

 

 

Autre exemple : pour dire « Art » ou « Beaux-Arts », on utilise entre autre un signe qui représente la médaille  présente sur les chapeaux que portaient autrefois les étudiants en Beaux-Arts.

20161228_112620  200px-Chōkō_Ikuta.jpg

Pour ceux qui galèrent avec les particules en japonais, sachez que la grammaire est très simple, puisque dans la langue des signes enseignées dans le manuel, on omet les particules et on compte sur la logique et le contexte pour transmettre les idées.

20161228_100814

D’où es-tu originaire ? => toi + être né + lieu + quoi

De ce fait, la langue des signes (du moins la base !) c’est presque moins compliqué que le japonais parlé, c’est très logique et intuitif. En quelques heures, on peut apprendre les salutations et des choses très simples. Le tout c’est que si effectivement il n’y a personne avec qui utiliser la langue des signes dans votre entourage, vous aurez du mal à utiliser votre savoir et à progresser.

Cela dit, il existe sur la NHK (chez moi c’est la 2e chaine) une émission qui permet d’apprendre des signes, de la grammaire, et de découvrir des personnes sourdes qui œuvrent pour la diffusion et la sensibilisation à la langue des signes etc. L’autre jour, c’était une femme et un homme transgenres et artistes, qui venaient faire découvrir de nouveaux signes pour parler d’homosexualité, bisexualité, transidentité etc. Parce que bien sûr, la langue est un outil qui évolue avec le temps, tout comme la langue des signes évolue et intègre de nouveaux signes pour s’adapter à la société.

Je ne suis bien sûr pas une pro en matière de langue des signes japonaise, bien au contraire. Si des gens sont intéressés par cette langue, si vous parlez déjà la langue des signes d’un pays etc, je serais très contente de savoir comment se passe votre apprentissage, si vous avez des astuces etc ! Et également, si j’ai dit des bêtises dans cet article ou qu’il y a des choses dont je n’ai pas parlé et que vous aimeriez savoir, n’hésitez pas à m’en faire part !

Voici les manuels que j’ai acheté et différentes sources qui peuvent sous servir :

Livré avec un DVD, il est divisé en 4 parties, elles-même divisées en chapitres :

* les salutations et présentation personnelle

* les discussions de tout les jours (le temps, les loisirs, l’école, la famille)

* les discussions utiles dans les lieux publics (transports en commun, hôpital, poste, banque)

* les discussions utiles pendant les sorties (magasins restaurant, en voyage)

Le DVD fait un peu vieillot, il est pas exceptionnel, mais il est quand même pas mal pour commencer, présente les signes une première fois lentement, puis une seconde fois à vitesse normale. Ce que je trouve dommage c’est qu’un seul signe peut vouloir dire plusieurs choses, et parfois ce n’est pas indiqué sur le livre. Par exemple le signe « dekiru » できる (pouvoir faire quelque chose) est le même que « daijoubu » 大丈夫 (pas de problème, ça ne me dérange pas), mais il n’était pas écrit sur le livre que c’était le même signe. Parfois c’est écrit, parfois non, il faut donc faire un peu attention et faire appel à sa logique !

20161228_101016.jpg

 

J’avais lu les review écrites, qui sont toutes très positives dont je n’ai acheté, mais je ne l’ai toujours pas utilisé. Je pense qu’il est très bien quand on veut approfondir ses connaissances, mais j’en suis encore qu’au commencement, donc pour le moment je ne peut pas l’utiliser. Il est moins évident à prendre en main quand le niveau de japonais est pas encore très haut, il sert davantage de pense-bête ou de rappel quand on veut signer quelque chose, un peu comme un dictionnaire. Cela dit contrairement au livre précédent, il explique qu’un même signe peut signifier de nombreuses choses et donne beaucoup d’exemples.

20161228_100221.jpg

Le signe « possible » signifie aussi « pas de problème » ou « pouvoir »

  • Le site officiel de l’émission de TV みんなの手話 (minna no shuwa) les vidéos

J’étais très surprise la première fois que je suis tombée sur cette émission. Elle est assez simple à comprendre puisque qu’il y a bien sûr des sous-titres, et il y a du vocabulaire courant ainsi que des points de grammaire pour les grands débutants, tout en proposant des petits reportages sur des personnes sourdes.

Ça passe le mardi de 10h25 à 10h50 et en rediffusion le dimanche de 19h30 à 19h55 sur NHK Eテレ.

Les vidéos sur le site sont pas les même que les émissions qui passent à la TV, mais de ce que j’ai pu voir c’est très bien fait ! Pour voir les vidéos, cliquer sur 動画を見る (dôga wo miru, regarder la vidéo) en rose.

  • YouTube

* différentes vidéos sur la langue des signes

* salutations

* vidéos de l’émissions de la NHK

* d’autres vidéos de l’émission de la NHK

* des vidéos de la ville de Kôb

 

Publié dans 2016, J'ai testé pour vous, Japan, Japon, japonais, langue des signes, Moshi moshi, Non classé, 手話 | 2 commentaires

A la télé ce soir – Purebato! Pressure Battle!

Bonjour !

Dans ce 3e épisode de « A la télé ce soir », je vais parler d’une autre émission que j’aime beaucoup beaucoup : Purebato!

プレバト!!(Purebato!! – ce titre n’a aucun sens, c’est l’abréviation de プレッシャーバトル « Pressure Battle! ») – jeudi à 19h00 sur MBS TV

 

Cet article ne risque pas de déchainer les foules, puisque Purebato! traite principalement de deux arts japonais : les haiku et l’ikebana… pas vraiment des sujets qui intéresse la jeunesse francophone et japonophile mais je vous assure, c’est très chouette !

Bref ! Le haiku (俳句) est connu mondialement : ce sont des poèmes japonais écrits sous la forme 5-7-5 (5 syllabes puis 7 puis 5, quoique dans la pratique il est possible de faire du 5-5-7 ou 7-5-5 ou 5-12 ou 12-5 quand on fusionne).

L’ikebana (生け花) c’est l’art d’arrangement floral japonais, qui a lui aussi ses propres codes.

 

L’émission Purebato! est présentée par deux animateurs : un célèbre comique Hamada Masatoshi (浜田雅功) et la présentatrice Toyosaki Yurie (豊崎由里絵). Si le commentateur est pas mal bavard et fait des blagues, taquine les invités, la présentatrice elle…. Je crois qu’à part dire des trucs genre « Et voici le haiku classé 3e ! » elle ne pipe pas un mot de l’émission…. Gros snif.

Bref, Purebato! se déroule sous forme d’un concours qui oppose des artistes divers (geinou-jin 芸能人), en général ils sont 6 ou 7. Elle se découpe en deux parties.

 

Première partie : battle de haiku

L’émission commence invariablement par la partie « haiku » où les artistes doivent composer un haiku avec un thème imposé (et forcément en fonction de la saison dans laquelle on se trouve).

Faire un haiku, ce n’est pas décrire la photo mais plutôt réfléchir et créer un monde, transmettre un sentiment avec des mots, donc ils peuvent s’éloigner largement de ce qui est représenté (ex : le shinkansen en été permet d’évoquer les vacances d’été des petits enfants qui vont dans le village de papi et mamie…)

Les invités sont jugés par Natsui Itsuki (夏井いつき ou Natsui-sensei ou Nacchan pour les intimes), une (célèbre ?) poétesse japonaise qu’on aperçoit ci-dessus. Apparemment elle est surnommée « Professeur langue de vipère » 毒舌先生) parce qu’effectivement elle adopte dans l’émission un personnage cassant, mais elle a l’air tellement adorable et quand il y a des compliments à faire elle n’est pas la dernière !

 

C’est elle qui décide si l’auteur des haikus a du talent (sainou ari 才能あり), si c’est un haiku très simple et sans intérêt, son auteur est dit « médiocre/ordinaire » (bonjin 凡人) ou si l’auteur est juste nul et n’a pas de talent (sainou nashi 才能なし), ce qui est bien sûr trop la honte quoi. Dès le début on sait combien il y a de « talents » de « gens normaux » ou de « sans talents » parmi les invités, mais on ne sait pas qui occupe quelle place.

En bleu : 2 personnes avec du « talent » / En orangé : 1 personne « banale » / En rouge : 2 personnes « sans talent »


C’est seulement à la fin qu’on sait qui a écrit le meilleur et le pire haiku entre les deux restants.

 

Une fois qu’on connait le classement d’un des invités de l’émission, on nous montre son haiku, l’invité explique ce qu’il a voulu transmettre et Natsui-sensei donne une note sur 100 et donne des corrections en expliquant les codes des haiku (ce qu’on a le droit d’écrire, de quelle manière…).

Un haiku sur les feux d’artifice

Cette partie est super intéressante, même pour moi qui suis loin de maitriser la langue, j’arrive à apprécier le choix des mots, et j’aime écouter les artistes expliquer ce qu’ils ont voulu exprimer. On en apprend beaucoup sur la culture japonaise et sur les sentiments qui peuvent traverser les invités et qu’ils transmettent, quand on leur montre une photo de la campagne, des tournesols, des feux d’artifice, de yukata etc et qu’ils composent sur ces thèmes

Je suis loin de comprendre les subtilités des haiku et ne connait pas très bien ses codes, surtout en ce qui concerne l’utilisation des particules, mais ne serait-ce que pour le vocabulaire, ça permet de l’enrichir. Et depuis que je regarde cette émission, je comprends un peu mieux ce qui est nécessaire et ce qui compose un joli haiku, donc ça fait plaisir~

* un mot de saison : indispensable et placé n’importe où, en lisant ce mot en sait à quelle saison se situe l’action. Un faux-pas impardonnable serait de placer un mot de saison de printemps avec un mot d’une autre saison, par exemple écrire « cerisier » et « neige » dans le même poème

* à la lecture, on doit sentir qu’il y a deux parties dans le poème

* plutôt que décrire ce qu’on ressent, on écrit ce qui est vu, les odeurs, les couleurs, le toucher… il ne faut pas être dans le descriptif pur mais laisser l’imagination du lecteur faire le travail

* il faut éviter le superflus : le haiku est très court en soi, aussi il ne faut pas répéter la même idée plusieurs fois (comme parfois le verbe « voir » inutile car suggéré par d’autres mots)

Explication de l’erreur commise dans ce haiku : il faut éviter les mots descriptifs. Ici on remplace « disperser » par « courir ».

 

Dans Purebato !, ce n’est pas nécessairement les invités les plus âgés qui écrivent les meilleurs haiku, au contraire. Certains musiciens (ou chanteur ?) dans un groupe de Pop-rock japonais assez connu écrivent aussi de très bons haikus alors que d’autres invités plus âgés sont très mauvais.

 

 

Deuxième partie : les élèves qui se la pètent, les « tokutai-sei »

Une fois qu’on sait si les invités présents ont écrits de bons ou mauvais haiku, on passe à un/parfois deux invités présents à chaque (ou presque) émission : ce sont les tokutai-sei 特待生 ou ici « les élèves les plus doués dans lesquels on place tout particulièrement un espoir ». Les invités s’étant le plus démarqués et ayant fait de très bons haiku dans des émissions précédentes sont jugés à part et doivent grimper des échelons, allant de « élève spécial niveau 5 à 1» à « expert niveau 1 à ….. (chiffre inconnu) » puis « maître enseignant ».

Si le haiku proposé est bon, alors l’élève monte d’un échelon (One rank shoukaku ワンランク昇格)(parfois l’élève monte de deux échelons si le haiku est très bon) ou si le haiku est trop moyen par rapport à ce qu’attendait Natsui-sensei, l’élève reste à l’échelon où il est (genjô iji 現状維持)(et là c’est trop la déprime, surtout si l’élève a fait une erreur de débutant…).

Va t’il grimper d’un échelon ou baisser d’un échelon ?

C’est une partie que j’aime aussi beaucoup dans Purebato !, car un de ces élèves (Umezawa Tomio 梅沢富美男, chanteur et acteur de 65 ans) est particulièrement doué et en profite pour juger de manière condescendante les autres invités, prend des airs offusqués quand il voit un haiku qu’il juge mauvais et explique pourquoi il est mauvais, c’est très amusant ^^

Ce qui est aussi drôle c’est que de son côté Natsui-sensei est complètement insensible à sa familiarité et n’hésite pas à être totalement cassante avec lui voire menaçante quand il se trompe et donne de fausses explications. La relation entre ces deux-là, les autres invités et avec les présentateurs de l’émission est vraiment super amusante à voir Et en plus de cela, les haikus qu’il écrit sont vraiment très jolis, et il utilise parfois des mots anciens, des kanjis rares ou des formulations désuètes, ce qui est un plaisir quand on étudie le japonais.

Umezawa Tomio (qui est au rang de « maître » actuellement) dit que l’utilisation de la particule ni (に, le caractère en jaune sur la 2e image/en partant de la droite, c’est le 2e caractère en noir sur le tableau que la prof montre avec son crayon) est incorrecte, que c’est une erreur souvent commise par les « gens médiocres », et que c’est un mot que Natsui-sensei déteste… Mais Natsui-sensei dit que s’il y a des cas où effectivement c’est inopportun, ici c’est nécessaire pour que le haiku fonctionne.

 

Et elle conclut : « Ce qu’a dit « le maître » précédemment est complètement faux ! »

 

Elle n’hésite pas à être un peu « méchante » avec lui, c’est trop mignon ahah ^^

Après avoir été félicité sur son haiku, il lui lance un « Je t’aime ! » pas forcément le bienvenue à en juger par son expression (elle est trop chou ahah !)

 

 

Seconde partie de l’émission : ikebana, calligraphie et compagnie

En général sur 1h d’émission on a 25-30mn de haiku et la deuxième partie est calquée sur le même format que les haiku. On nous présente un art et on met les invités (pas nécessairement ceux présents en première partie) en compétition.

Parmi ces arts, il y a donc :

– l’ikebana (生け花), l’arrangement floral

 

– la calligraphie ou shodô (書道), car il y a des règles bien précises et une manière de tracer les kanjis en calligraphie japonaise, et parfois les kanjis des invités sont très très moches

Le kanji « tomo » 友 écrit par une calligraphe (à droite)

 

– le moritsuke (盛り付け), en France grâce à des émissions comme Top Chef on utilise le terme « le dressage » ou « dresser une assiette », il s’agit de mettre en valeur différents aliments sur une assiette ou un plateau en utilisant des accessoires ou de la vaisselle

 

– la cuisine, où divers cuisiniers doivent préparer un plat à partir d’un certain aliment par exemple

 

– la création (芸術作品 geijutsu sakuhin), j’en ai rarement vu, juste peut-être une fois des couturières qui devaient créer un nouveau vêtement à partir de vieux kimonos

– le dessin :

* que ce soit de l’aquarelle (水彩画 suisaiga)

 

* une forme de dessin sur format carte postale avec un dessin principal et un message calligraphié à côté (etegami 絵手紙)

Ce qui est écrit sur la carte postale (notée 27/30) : 今は大好き (ima ha daisuki, maintenant, j’adore). Le dessin représente un goya, un légume d’Okinawa très amer.

 

 

Le système de notation est grosso modo le même que pour les haiku, les invités sont soit « dotés de talent » soit sont « médiocres » ou soit « sans aucun talent ». Pour certains des arts cités, avant la note se fait sur 30 et il n’y a que 4-5 invités qui concourent et qui ne sont pas des habitués de l’émission, mais au contraire apparaissent très rarement. Parmi tout ces arts, l’ikebana et la calligraphie reviennent assez souvent dans les émissions, et ce sont toujours les même « professeurs » qui jugent les invités. D’ailleurs le professeur qui juge l’ikebana (Kariyazaki Shôgo 假屋崎 省吾) est toujours hyper dynamique et gentil, j’aime beaucoup !

 

 

Voici un exemple de « battle de cuisine » entre quatre invités autour du thème du pain.

Ça tombe bien, car c’est aussi un truc amusant au Japon : le pain à la japonaise et le pain à la française, ça n’a souvent rien à voir. Si quand on me parle de pain je pense baguette fine et croquante, bâtard, pain traditionnel avec plein de farine dessus, miche de pain, le tout avec des farines différentes et des graines différentes à l’intérieur…

…quand on se rend dans une boulangerie un peu « basique », on a souvent des sortes de pains au fromage, à la saucisse, des trucs fourrés à la crème, au haricot rouge, des pains qui ressemblent à des pizzas, beaucoup de petits pains/briochés sucrés, et presque toujours (?) du pain au matcha etc… Et quand on tombe enfin sur des baguettes, elles ne sont pas forcément toutes tip-top, même si je dois avouer que j’ai goûter d’excellents pains au Japon et que généraliser c’est pas beau/c’est pas gentil. Je ne dis pas que les pains « à la japonaise » sont mauvais, loin de là ! Seulement c’est parfois désespérant de voir que ce qu’ils appellent pain est à mille lieux de mes attentes en la matière.

 

Bref après l’annonce du thème et l’explication sur comment marche la levée du pain, on voit les candidats préparer un type de pain de leur choix, la meilleure note est revenue au pain qui ressemble à une croquette frite dans de l’huile (c’est un « curry pan », un pain fourré au curry et frit… moi déjà j’appelle pas ça du pain donc je mettrais 0 mais bon), et la pire note au pain vert.

 

 

 

Voilà en gros à quoi ressemble une émission de Purebato ! (il y a plein de vidéos sur YouTube, jetez-y un oeil régulièrement ^^)

 

Je ne l’ai pas dit au début, mais à la base j’ai 0 intérêt pour les haiku.

Et puis je regardais de temps en temps cette émission, j’ai fini par m’attacher à la poétesse Natsui-sensei et aux invités, puis grâce aux sous-titres incrustés j’ai commencé à chercher le sens des mots utilisés dans les haikus… et finalement j’ai fini par y trouver un intérêt pour étudier la langue, tout en appréciant l’humour, l’ambiance avec les invités et la beauté des mots.

Je ne recommanderais pas forcément de regarder la partie « haiku » si on a 0 intérêt pour les haikus et pas d’intérêt pour la langue japonaise, mais si vous pouvez toujours trouver votre bonheur en regardant les « arts visuels » : l’ikebana ou la calligraphie, ou bien encore le dressage d’assiette.

Si vous vous intéressez à la langue, vous saurez peut-être apprécier l’intégralité de Purebato!, en tout cas ne soyez pas rebuté par l’image rigide et ennuyeux qu’on a de la poésie, le haiku c’est en réalité très visuel et vivant !

 

Publié dans 2016, Avis, テレビ, プレッシャーバットル, プレバト, Calligraphie, célébrité, Culture, Fuji, fuji tv, haiku, ikebana, J'ai testé pour vous, Japan, Japon, japonais, jeu TV, MBS TV, Mochi Mochi, Mochi Mochi Japan, moritsuke, Moshi moshi, pain, Purebato, shudô, télé, télévision, Vie Quotidienne, 文化, 日本 | Laisser un commentaire

Liebster Award

Bonjour à tous !

Petite coupure dans la série « A la télé ce soir » pour parler d’un petit jeu/award que se décernent visiblement les petits blogeurs (moins de 200 abonnés) entre eux.

Découvrant les règles la semaine dernière je vous les copie ici même :

                                – Écrire 11 choses sur soi
                                – Répondre aux 11 questions de la (ou les) personne(s) qui t’a nominé
                                – Nommer à ton tour 11 nouveaux blogs et leur poser 11 questions
                                – Mettre des liens vers leur blog & les informer de leur nomination
                                – Informer la personne qui t’a nominé que la tâche est accomplie

Je sais pas vous, ça me rappelle un peu l’époque de Skyblog, ou encore quand j’étais active sur le site de partage de photos Flickr et qu’il y avait des jeux de ce genre…. ^^

En tout cas, des bisous à Eva de FrenchieNippon  et Céci de Hibi no Yorokobi qui ont toutes les deux pensé à moi (^3^)

Puisqu’il faut parler de soi en 11 points, je me lance un petit challenge : faire des phrases les plus courtes possible…. レッツゴー!!

  • je mets un peu de temps pour distinguer ma droite de ma gauche
  • et je mets beaucoup (trop) de temps pour lire l’heure sur une montre…

  • parfois je veux dire « orange » mais je dis « vert », et inversement je dis « vert » alors que je pense « orange » (et ça concerne seulement ces deux couleurs)(et je les distingue bien, visuellement parlant)
  • je n’ai jamais eu la gueule de bois !
  • au contraire même, après avoir bien bu, je me réveille parfaitement en forme et motivée le lendemain !
  • je n’ai pas le mal de l’air, de la mer, etc… et en fait j’adore prendre l’avion ou le bateau
  • je n’ai jamais subi le décalage horaire. Le jour-même je suis naturellement fatiguée du voyage, mais le lendemain tout va bien !
  • la partie du corps humain que je trouve la plus laide, ce sont les doigts de pieds…
  • j’ai déjà fait un décollage et voyagé dans le poste de pilotage d’un avion pendant près de 10h (c’était chouette !)
  • (certains de) mes ami(e)s me surnomment « La Paix dans le Monde » !
  • et mon autre surnom c’est Sweet… ou Sweetie

Pour les nominations, j’avoue que les gens que je « suis » ont presque tous (?) été déjà nommés ou alors ils ont beaucoup de followers, ou alors je pense pas que ce genre de petits jeux soit leur tasse de thé, alors navrée mais je ne « nomine » que quelques personnes :

Emilie de EmiDreams

Sana de Takarazuka Lifestyle

Béatrix de Nagoya en Français

LoveKimu de Japan-da! Koibito

Et les questions… Vous pouvez répondre en un mot comme faire de longues phrases sur le pourquoi du comment, raconter une anecdote en rapport avec votre réponse etc… ^^ Au plaisir de vous lire !

1. L’objet le plus proche de ta main gauche ?

2. Une chose qu’on ne trouve pas en France et que tu aimerais apporter ? (aliment, objet…)

3. Ton dernier achat ?

4. Ton prochain achat ?

5. Si tu pouvais élever un animal (domestique, sauvage, imaginaire…) lequel choisirais-tu ?

6. Ta saison préférée… en France ? Au Japon ? Dans un autre pays ?

7. Qu’est-ce qui est indispensable pour…….. être heureux ?

8. pour…….. passer une bonne soirée ?

9. Quels sont les mots en français/japonais/anglais/etc que tu aimes ? (indépendamment de leur sens ou non)

10. Un livre que tu conseilles à tout le monde de lire ?

11. Un film que tu conseilles à tout le monde de voir ?

De mon côté j’ai été « nominée » à deux reprises, mais plutôt que répondre à 22 questions, j’en ai choisi 11 et ai même pu fusionner des questions entre elles ! *magiiiiie*

 

Et voici du coup mes réponses aux questions d’Eva et Céci ! ^^

Si tu devais créer un deuxième blog, à quoi serait-il dédié ?

Aux Gotochi Cards ! J’aimerais énormément tenir un blog à la manière du blog sur le site de la Poste dédié aux Gotochi et diverses cartes, et de parler de voyages à travers les cartes… D’autant que ça permet d’aller dans des endroits vraiment pas connus, même des Japonais eux-même ! Mais d’un côté j’aimerais aussi en parler sur ce blog, alors je réfléchis à la manière la plus intéressante/moins fastidieuse de faire découvrir les Gotochi ^^

Quel a été le plus beau voyage de ta vie ? Pourquoi ? // Quel fut ton voyage préféré et dans quel pays aimerais-tu aller prochainement ?

Le plus beau je ne sais pas, mais celui qui me laisse le souvenir le plus nostalgique, c’est avec mon père, à 11 ans, quand nous sommes partis en République Dominicaine. Grâce à son boulot, on a pas payé un rond pour l’avion ni pour le superbe hôtel, ni les super restos… Je pense toujours avec beaucoup d’émotion à ce voyage.

Prochainement, si un jour j’ai assez d’argent et de temps devant moi, j’adorerais aller en Corée. Ou visiter des lieux de tournages de mes séries TV américaines préférées et aller aux USA !

Prochain séjour : Shimane et Tottori !

Si tu devais décrire ton lieu de vie en un mot, lequel choisirais-tu ?

Nature. Car j’habite en bordure de forêt, c’est très calme.

 

Tu collectionnes des choses ? De quoi s’agit-il ? (je suis curieuse^^) // As-tu une collection inutile, absurde voire bizarre ?

= Actuellement =

  • les Gotochi Cards : depuis peut-être 3 ans déjà !
  • les timbres asiatiques : mais je les met juste dans un carnet
  • les goshuin : mais plus tellement ces derniers temps
  • à Lawson si on collecte 40 autocollants qu’on trouve sur des brioches, salades et divers produits alimentaires, on obtient un petit cadeau…. Eh bien quand il y a une campagne Lawson, je participe et « collectionne » systématiquement les autocollants en question…. ^^;

= Avant =

  • les poupées d’origine coréenne « Pullip », j’en ai toujours 8, mais pendant un moment j’en avais presque une 20aine. Ce sont des poupées de la taille d’une Barbie, avec une grosse tête et un corps très articulable. On peut les customiser de A à Z, autant leur visage, les yeux, les cheveux, les habits, le corps… C’est un support très intéressant pour développer une activité artistique (photo, couture, dessin, fabrication d’objets miniature…)
  • les figurines de chats : avec des matières (bois, verre, plastique, tissus etc) différentes, des styles différents, des tailles différentes… J’ai arrêté avec l’âge

 

En quelques mots, quelle est ta philosophie dans la vie ?

Être positive pour que des choses positives arrivent.

 

Quel superpouvoir aimerais-tu posséder ?

Si seulement je pouvais voler dans l’air comme un oiseau… !

 

Quelle est ta plus grande peur ?

Les ar… les…arai…. bref, les spiders…. Rien que le mot en français je déteste, alors à la place, j’appelle ces sales bêtes des « papillons », ça m’évite d’avoir l’image de ces saletés en tête… et à la place j’imagine de jolis papillons colorés… ^^;

 

As-tu un Disney préférée ?

La Belle et la Bête ! ❤

 

Quel est ton péché mignon ?

J’adorais le chocolat, mais là j’adore surtout grignoter du pain… (u////u)

 

As-tu une anecdote particulière à partager ?

Une amusante !

Il y a quelques mois, au magasin où je travaille (au Japon donc), un homme d’environ 50 ans est entré dans la boutique, a jeté un œil aux produits, et m’a demandé ce qu’on avait de moins cher.

Je lui ai présenté un produit, et ce monsieur a commencé à me demander de quel pays je venais, si j’habitais Kôbe, si j’étais mariée etc… J’ai souvent des clients un peu curieux au magasin, alors naïve je réponds.

Plus il me parlait, plus le monsieur prenait un accent un peu bizarre, roulait ses « r » un peu à l’espagnole, adoptait une posture un peu bizarre/hautaine… si bien que je me suis demandé s’il n’étais pas un peu handicapé (mentalement parlant) (j’en croise beaucoup plus au Japon qu’en France), ou bien alors peut-être se moquait-il de moi ? En tout cas, professionnelle, je réponds avec le sourire et discute, lui demande s’il est lui aussi de Kôbe (oui -> Ouji-kouen) etc.

Mon patron est arrivé peu après que le client soit sorti, je lui ai parlé de ce client un peu étrange, et on a compris qu’en fait loin d’être handicapé, ce monsieur était…. un yakuza ! 
Quel est ton meilleur souvenir d’enfance ?

J’en ai beaucoup !

Les anniversaires avec mes ami(e)s, les Noël en famille, les vacances d’été au camping ou tranquille à la maison… Peut-être quand avec mes frères on jouait l’été avec nos pistolets à eau sur notre propriété*, toute la journée, et que le soir nos parents nous appelaient et qu’on mangeait un bon petit barbecue… ^^

* j’utilise ce mot car habitant à la campagne/bord de mer nous sommes entourés de champs et avons un énorme terrain, un hangar, une dépendance, un poulailler… ce n’est pas une propriété genre villa avec piscine !

 

Et voilà pour aujourd’hui… !

Publié dans Non classé | 1 commentaire

A la télé ce soir – Ningen kansatsu monitoring

 

Je dois le dire, j’adore j’adore j’adore cette émission dont je vais parler ! C’est la seule que j’évite de rater parmi toutes celles dont je parle dans cette série « A la télé ce soir »….

…et ici, on va parler…. caméras cachées  !

Je sens votre petit air sceptique….

Caméras cachées…… ? Et c’est censé être drôle ?

Oui-oui je vous assure ! En fait, je déteste habituellement les émissions de caméras cachées. je les trouve débile, mal faites, pas drôle, et e pire ce sont celles avec des rires pré-enregistrées, c’est limite une torture d’en voir.

Mais je sais pas si c’est le caractère naïf des Japonais qui passent dans l’émission, les thèmes, l’ingéniosité de la mise en scène ou quoi, mais cette émission me fait vraiment hurler de rire – pardon chers voisins d’ailleurs….

 

ニンゲン観察モニタリング (Observation du comportement humain – traduction libre ! ^^) – jeudi à 19h56 sur TBS TV

L’émission dure environ 2h avec les pubs et se découpe en plusieurs « caméras cachées », chacune essayant de voir si les gens font ou ne font pas une certaine action.

Ça se présente souvent sous la forme « Si [quelque chose se passe], que feriez-vous ? Est-ce que vous [action] ? Ou est-ce que vous [action contraire] »

Quelques exemples :

« Si vous êtes sur le tournage d’un film et qu’on vous demande de remplacer l’acteur principal, est-ce que vous acceptez ? »

« Si vous appelez votre mari en plein nomikai (parfois après le boulot, on se réunit entre collègue et on boit), est-ce qu’il dira avec qu’il est accompagné de femmes ? Ou il éludera la question ? »

« Si on vous propose pour 2.000 yens qu’une célèbre jeune actrice vous cuisine un onigiri, est-ce que vous êtes prêt à payer ? »

(ci-dessous) « Si vous rendez pour la première fois visite aux parents de votre petite amie et découvrez que leur maison est une vraie poubelle, comment réagissez-vous ? »

Et on filme la réaction des gens qui sont face à ces réactions.

Pour ce jeune homme, est-ce qu’il va accepter la situation ou prendre ses jambes à son cou ? Finalement s’il est choqué par l’état dégueulasse de leur logement, il fait les choses correctement, se présente, offre un cadeau aux parents etc. Quand les parents s’en vont faire des courses, il s’assure auprès de sa copine que leur chez eux ne ressemblera pas à ça, le pauvre est en panique !  Plus encore quand les parents reviennent, et alors qu’il n’a qu’une envie c’est de partir, il est invité à rester boire jusqu’au matin et à dormir chez eux….
Puis heureusement le reportage prend fin pour son plus grand soulagement… ^^

 

 

Pour donner un autre exemple en vidéo, voici une émission qui date de quelques semaines :

La question : « Si on vous dit qu’il existe a un appareil pour comprendre les pensée de votre bébé, est-ce que vous y croyez ? Ou vous n’y croyez pas ? »

Première séquence : on met l’épouse dans la confidence et on fait croire au père qu’il existe donc un appareil pour traduire les pensées de leur tout petit bébé de 8 mois, et qu’ils peuvent tester l’appareil en question. C’est un petit appareil installé sur le bébé, et qui retransmet la voix de quelqu’un en coulisse qui se fait du coup passer pour le bébé, soudain doté de parole.

Et c’est ainsi que la personne en coulisse dit au père très heureux en se faisant passer pour la petite : « Papa tu es beau ! Papa, tu m’aimes ? » etc…

Et le père est vraiment à fond, il croit vraiment que la voix qu’il entend et celle de sa fille qui habituellement se contente de areuh… Il est très content de pouvoir communiquer de manière aussi claire avec sa fille et tout….

….puis soudain, une conversation surnaturelle surgit entre ce père et son enfant (à 2mn 55)

Le bébé : Hier j’ai regardé la télé, à ton avis ça va donner quoi l’élection présidentielle américaine ?

Voix off : *Une telle question, forcément le père ne va pas y croire…*

Le père : …………. ça va être Trump non ? Mais Hi-chan tu peux parler d’un truc dur comme ça ?

Le bébé : Ben c’était à la télévision !

Le père : Et toi perso, tu penses que ça va être qui le président ?

Le bébé : *pousse des AAahh de bébé* Clinton !

Le père : Sérieux ?! Ah bon ? Ah bon Clinton !

Cette séquence m’a fait bien rire mais surtout halluciner : le père ne met pas du tout en doute l’appareil et a l’air de pouvoir concevoir que son bébé est capable d’avoir une opinion politique et de l’exprimer alors qu’elle n’est âgée que de 8 mois… (!!!!)

 

Ce genre de séquences où les gens croient absolument ce qu’on leur dit et n’ont pas l’air de se poser plus de questions que ça alors que la situation est absurde/improbable n’est pas du tout rare !

Il y a eu une caméra cachée où des gens discutaient tranquillou avec une sorte statue en pierre (genre mini-Bouddha), pensant que celle-ci était habitée par un esprit bienfaiteur etc…

Ou il y a eu une caméra cachée avec la question suivante : « Si un distributeur automatique vous adressait la parole, est-ce que vous répondez ? Ou vous ne répondez pas ? »

Et ainsi le distributeur de boisson se met à discuter avec un gars dans la rue, tranquille. Et le distributeur dit à un moment :« Je m’ennuiiiie…. »

Et là, l’homme en question a fait une pirouette arrière (!) en pleine rue, juste pour amuser le distributeur… (!!)


Le distributeur automatique : C’est quoi ton rêve ?

Le jeune homme : C’est de devenir athlète aux Jeux Olympiques.

Le distributeur : Fais de ton mieux pour pouvoir y aller !

Le jeune homme : Merci, je vais m’accrocher !

Le distributeur : Bye bye !

Le jeune homme : Bye bye !

 

Heiiiiin ??!

Je ne peux juste pas imaginer en France quelqu’un répondre à un distributeur automatique (ou alors je suis naïve ?) à moins que cette personne soit un peu dérangée… !

 

Cela dit je ne me moque pas (pas toujours), en fait c’est même plutôt touchant de voir les gens faire des choses improbables et désintéressées comme ça. Et surtout quand il y a des petits enfants, je trouve qu’ils ont souvent un comportement hyper mignon ^^

 

Il y a aussi un thème qui revient souvent, c’est « Si votre épouse change d’apparence, est-ce que vous la reconnaitrez ? ».

Une femme qui n’a pas une coiffure ni un maquillage très voyant au quotidien est soudain fort apprêtée par les maquilleurs de l’émission et a une coiffure très élaborée.

Le but de la caméra cachée : elle doit parler à son mari en se faisant passer pour une inconnue, jusqu’à ce que le mari se rende compte que cette inconnue est en fait sa femme (ça a l’air débile mais en vrai c’est très drôle ).

Forcément y’a plein de mise en scène du genre « Madame demande longuement son chemin à Monsieur et quelques minutes après se retrouve au restaurant, « comme par hasard » voisine de table de son propre mari »… mari qui souvent ne se rend pas compte que c’est sa femme qui se cache derrière tout ce maquillage.

C’est assez rigolo, et j’ai toujours du mal à imaginer qu’on ne puisse reconnaitre sa propre épouse !

En y réfléchissant, la situation elle-même n’est pas très drôle, mais l’épouse pose parfois des questions sur la vie maritale de son mari, et ça donne parfois des confessions sincères et touchantes sur l’amour qu’il peut porter à sa femme mais qu’il n’exprime pas en face d’elle. Et la voix off et les animateurs en plateau font des commentaires très amusants également tout le long de l’émission.

 

Les gens dont je parle ci-dessus sont des gens comme vous et moi. Mais il y a aussi des caméras cachées avec des stars, qu’en général je n’aime pas du tout…

De manière générale, plus la star est connue, moins je trouve la caméra cachée amusante. La réaction des gens ordinaires est mille fois plus drôle !

Il y a genre 6-7 célébrités qui commentent les caméras cachées, certaines stars très connues (c’est-à-dire que même moi je connais !) viennent de temps en temps faire des caméras cachées, soit volontairement soit ils sont mis dans des situations loufoques et ce sont eux les « victimes ».

Il y a aussi beaucoup de caméras cachées à base de fantômes/esprits, où on fait croire qu’il y a des phénomènes naturels dans une maison ou dans une pièce, ou que telle ou telle personne attire souvent des esprits etc…. C’est souvent à base de stars ça aussi, et ça n’est pas hyper drôle, mais c’est fou comme ces gens ont l’air d’y croire !

« Si des phénomènes surnaturels se produisaient chez vous, est-ce que votre mari prendrait peur ? »

Encore un exemple de l’utilisation des sous-titres, en bleu c’est ce que dit ce monsieur qui pointe du doigt l’esprit (en blanc à droite) et en vert et orange les paroles de d’autres personnes

Je ne sais pas si c’est vraiment rigolo quand on ne comprend pas trop le japonais, mais si vous jetez un œil à ces émissions, dites-moi ce que vous en pensez !

 

(Au passage, je vais faire une page disclaimer pour préciser d’où viennent les emoticons etc présentes sur le blog. Elles sont libres d’utilisation, mais j’oublie toujours de préciser la source…..)

Publié dans 2016, Avis, テレビ, ニンゲン観察, ニンゲン観察モニタリング, モニタリング, émission, caméra cachée, Culture, Fuji, fuji tv, J'ai testé pour vous, Japan, Japon, Mochi Mochi, Mochi Mochi Japan, ningen kansatsu monitoring, ningen monitoring, Non classé, télé, télévision, Vie Quotidienne, 日本 | 1 commentaire

A la télé ce soir – YOU ha nani shini Nippon he?

Bonjour à tous !

Il y a eu pas mal de changements sur le blog, dont un changement de design et une page Facebook en plus, pour communiquer peut-être plus simplement avec les quelques personnes qui me suivent sur ce blog ^^

On m’a demandé plusieurs fois à quoi ressemblaient mes journées ou mon quotidien, ou de parler de choses qui me marquent par rapport à la France, alors je fais un 3-en1 en parlant de…. télévision !

L’an dernier, j’étais en résidence au Japon et je n’en avais pas à ma disposition, et c’est seulement depuis quelques mois que j’ai déménagé et que j’en ai acheté une. C’est pas au bout de si peu de temps que je vais vous donner mon avis sur l’ensemble des programmes, mais plutôt parler de quelques émissions que j’aime bien.

 

Avant d’aller plus loin, notez en gros que :

je n’ai pas de chaines payantes, j’ai d’ailleurs « seulement » une petite 10aine de chaines

– mon niveau de japonais me permet de saisir une bonne partie de ce qui se dit, en fonction des émissions. Pas la totalité, mais suffisamment pour ne pas être perdue quand je regarde les informations, ou des émissions comiques, grâce aux sous-titres

– car la plupart des émissions de télé ont des sous-titres, mais pas destinés aux malentendants, les sous-titres arrivent ponctuellement, sont mis en valeur avec une police de caractère, des couleurs, des mouvements etc… Ces sous-titres permettent de refléter le propos, l’humeur ou l’énergie de la personne qui parle, et ajoute un certain comique aux émissions. Quand plusieurs personnes parlent, souvent les femmes ont des sous-titres en rose et les hommes sont en bleu (……)

– les émissions que je regarde, c’est surtout plus pour travailler mon japonais (compréhension orale et écrite, grâce aux sous-titres) que par véritable passion ou intérêt ! (sauf l’émission du jeudi, j’en reparlerais) Et je travaille en journée donc j’allume la télévision seulement quelques heures le soir pendant le repas

 

 

① YOUは何しに日本へ? (Qu’êtes venus faire au Japon) – lundi à 18h55 – TV Tokyo

Je commence cette série « Émissions de télé » par ce qui est peut-être la plus connue des émissions, « You ha nani shi ni Nippon he ?« . Celle-ci parle des étrangers qui sont au Japon en voyage ou qui y vivent. Cette émission est présentée par un duo comique qui reste en plateau et commente le reportage avec des blagues ou des remarques amusantes.

 

Dans la première partie de l’émission, le staff se balade dans des aéroports genre Narita etc, et interrogent les étrangers qu’ils croisent sur ce qu’ils font au Japon, pourquoi ils sont là, ce qu’ils font dans la vie, avec qui ils voyagent, ce qu’ils veulent visiter au Japon, quels cadeaux ils ont acheté etc…

Il y a vraiment des gens qui ont des histoires intéressantes ou qui font des trucs chouettes.

Parfois ils filment aussi des gens bizarres, genre un homme qui dit OK pour être filmé, dit qu’il a soif, demande à boire, reçoit un café et se casse sans rien dire…. What? ^^ C’était vraiment très drôle à voir ^^

Y’a eu aussi ce gars venu au Japon pour arrêter le mariage d’une fille qu’il aime pour la ramener avec lui aux USA. On se croirait dans un film ! Bref, y’a des choses vraiment diverses et amusantes !

Parfois qund l’équipe chope un étranger sympa, ils lui demandent s’ils peuvent l’accompagner dans une partie de son séjour, et si la personne (appelée « YOU », de l’anglais « you/tu/vous », tous les étrangers sont appelés YOU dans cette émission) accepte, le « reportage » va se focaliser sur cette personne.

C’est signalisé par cette expression : 密着決定 (micchaku kettei) signifiant que c’est bon, ils vont pouvoir suivre cette personne pour le reportage.

Le « reportage » montre ce qui amène YOU au Japon, et le staff l’accompagne dans un bout de son voyage. Pour les étrangers qui vivent au Japon, l’émission peut filmer son appartement, va montrer parfois son lieu de travail, un bout de son quotidien etc.
Ça dépend forcément du YOU, mais parfois l’émission montre la passion ou le métier ou la raison originale qui amène le YOU au Japon et on finit par apprendre plein de choses (c’est ce que j’aime, découvrir des choses un peu insolites~).

Du peu que j’ai pu regarder, je me souviens d’une jeune femme française fan d’un vieil acteur japonais qui voulait visiter les lieux de tournage d’un de ces films, mais qui ignorait la localisation exacte de ces lieux, ce qui la faisait beaucoup voyager dans tout le pays.

Il y avait aussi un européen venu étudier le matcha et qui avait chez lui à Shizuoka des centaines de thé matcha différents.

Il y avait également une française venue photographier des calamars dans la mer du Japon qui brillent comme des lucioles (doit y avoir un nom spécifique en français pour ce poisson, nom que j’ai pas trouv- cherché…).

Pour trouver des émissions sur YouTube, vous pouvez suivre ce lien !

Ou en attendant, une des émissions qui date de quelques mois….

 

 

Il arrive qu’il y ait aussi un autre type de « reportage dans l’émission » appelé « YOUはナゼ秘境に?» (YOU ha naze hikyou ni ? en gros « Pourquoi vivez-vous dans un endroit reculé ? ») et qui consiste à aller dans un endroit vraiment perdu dans la campagne ou sur une île et de trouver des étrangers pour savoir ce qu’ils font dans un si petit village, s’ils sont mariés, depuis quand ils sont au Japon etc. Pour trouver un étranger (le « YOU »), ils peuvent demander aux locaux, aux gens autour s’ils ne connaissent pas un étranger qui vit dans les environs etc.

J’aime moins cette partie surtout quand on montre des gens qui n’ont pas la nationalité japonaise mais qui sont au Japon depuis des dizaines d’années, intégrés et tout, mais qui sont toujours considérés comme des « étrangers ». Mais de ce que j’ai pu voir c’était toujours bon enfant.

Les reportages se finissent par cette expression : 密着取材終了 (micchaku shouzai shuuryou) qui signifie que….. ben que le reportage est terminé.

J’apprécie quand même pas mal cette émission, elle est plutôt amusante, facile à comprendre et c’est émouvant et touchant de voir des bouts de vie d’étrangers, de connaitre un peu leur histoire, un bout de leur vie, de voir leur caractère etc… Il y a plein de gens de plein de pays différents, des gens qui parlent plus ou moins japonais, et quand ils parlent en anglais c’est surtout traduit, il n’y a pas (peu ?) de doublage, ça fait plus « vrai ».

Cela dit ! De ce que j’ai pu voir sur internet, c’est quand même vachement mis en scène, j’ai vu qu’ils avaient déjà contacté une étrangère pour faire un reportage exprès sur elle en faisant genre qu’ils étaient tombés sur elle par hasard etc… C’est de la télé et faut pas tout prendre comme on nous le montre.

Je conseillerais de regarder quand même, surtout si on est pas encore super confiant dans son japonais parce que ça reste assez simple et visuel, les étrangers ne parlent pas tous japonais du coup ça peut aider d’entendre de l’anglais et de lire les sous-titres japonais en même temps !

Y’a même eu Benedict Cumberbatch dedaaaans ❤ hihi (ça date de Star Trek 2)

J’espère que cet premier article vous donnera envie de jeter un œil !

Si vous connaissez, que vous aimez ou quoi, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire !

Et si vous aimez certaines émissions, pareillement, je serais ravie de regarder et éventuellement en parler sur le blog !

Publié dans 2016, テレビ, J'ai testé pour vous, Japan, Japon, Mochi Mochi, Mochi Mochi Japan, télé, télévision, you ha nani shi ni nippon he, YOUは何しに日本へ, 日本 | 4 commentaires

Voyager autrement au Japon : les gotochi cards

Bonjour !

Pour ceux qui ont suivi mon blog depuis le début et pour ceux qui me connaissent un peu, vous savez que je collectionne des cartes postales.
Mais pas n’importe quelle carte portale : des cartes appelées « gotochi cards », qu’on ne peut acheter qu’au Japon, et seulement dans les bureaux de Poste japonaises, elles ne sont officiellement pas vendues sur internet (et ne le seront jamais).


Qu’est-ce que ces cartes ont de spécial ? Chaque carte représente une des spécialités régionales des 47 préfectures japonaises. Par spécialité, on entend des aliments/un plat, une célébrité, un lieu, un animal, un objet etc… Bien sûr les Japonais connaissent plus ou moins tous ces spécialités, mais pour les étrangers il y a énormément de choses à découvrir sur les spécialités régionales. Bonus si vous parlez japonais : à l’arrière de chaque carte, il y a un petit texte explicatif de ce que représente la carte. Quel est cet aliment, comment est cuisiné ce plat, qui est ce personnage historique, que représente ce lieu ou bâtiment etc… Passionnant pour qui veut en apprendre plus sur ce pays !

Combien y a-t’il de cartes en tout ?
On parle de collection, et qui dit collection dit « nouvelles sorties ». Tous les ans, une carte par préfecture est mise en vente dans les environs du mois de mars, avril, mai.
Actuellement nous sommes en 2016 et il y a 7 cartes par préfectures en vente soit 329 cartes. Nous sommes dans l’attente des sorties de l’année 2016 qui sera alors la 8e édition ! (nous passerons à 376 cartes).
Pour ma part, j’en possède à peu près 200, donc un poil plus que la moitié.
Si vous voulez voir une partie de ma collection, j’ai le monopole (!) du hashtag Instagram #GotochiInJapan


Combien ça coûte ? Où on les trouve ?
Une carte coûte 185 yens soit 1.50 €. On ne les trouve que dans les bureaux de Poste de la région représentée. Par exemple, vous ne trouverez pas les cartes de Okinawa à Tôkyô, vous devez obligatoirement vous rendre à Okinawa et aller dans n’importe quel bureau de Poste. Certaines cartes peuvent cependant être en rupture de stock dans de petits bureaux de Poste.


Quel est l’intérêt de collectionner ces cartes ?

Chaque fois que je parle de ma collection, les gens (Japonais comme étrangers) sont assez surpris, parce qu’ils ne connaissent pas du tout les « gotochi cards ». Vendues dans les bureaux de Poste sans grande publicité, relativement peu de Japonais et un seulement un petit nombre (croissant) d’étrangers connaissent et achètent les gotochi cards.
C’est une manière de faire un cadeau à un Japonais ou à des étrangers de manière originale (si envoi par la Poste à l’étranger, il faut obligatoirement mettre sous enveloppe !).

L’autre intérêt, c’est bien sûr d’en apprendre plus sur le Japon. Certaines cartes représentent des éléments extrêmement populaires des préfectures (la Kaminari-mon à Tôkyô, la Tour de Kôbe, takoyaki à Osaka, les biches et daims à Nara etc…) et d’autres représentent des choses relativement inconnues des touristes (le fruit appelé Hyûganatsu (日向夏 hyuuganatsu) à Miyazaki, le petit déjeuner standard servi dans les cafés à Aichi (喫茶店のモーニング kissaten no morning ), le renkon à Ibaraki, la fraise AMAOU à Fukuoka etc…).
Maintenant, si j’achète des pêches, je les prend de préférence à Okayama puisque c’est une des spécialités locales ! (^^)

Un autre intérêt, c’est de voyager pour, grâce à et avec ces cartes.
Voyager pour ces cartes, car une fois qu’on les collectionne, on a encore plus envie de voyager à travers le Japon pour se procurer les cartes manquantes.

Voyager grâce ces cartes, parce qu’une fois achetées ou une fois qu’on sait quelles sont les spécialités de la région dans laquelle on se rend, on peut établir un petit itinéraire ou une to-so list de choses à voir, à faire ou à manger. Un moyen de sortir un peu des sentiers battus !

Voyager avec ces cartes, car je fais toujours en sorte de prendre en photo mes gotochi cards et l’objet/le lieu représenté par la carte elle-même. Vous avez pu vous en rendre compte en lisant cet article, mais plutôt que de me prendre en photo, j’essaie de prendre une photo de manière à ce que la réalité colle le plus avec la gotochi card. Ce qui est vraiment (sisi !) très amusant et me donne parfois un peu de challenge~

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter !

Et si vous souhaitez avoir certaines cartes, j’ai un peu de stock chez moi et serais ravie de vous aider à commencer votre collection (^o^)

Publié dans 2016, A voir, ご当地, ご当地カード, cadeau, Cartes postales, Collection, gotochi, Gotochi Card, http://schemas.google.com/blogger/2008/kind#post, Japan, Japon, Vie Quotidienne, 文化, 日本 | 8 commentaires

"Recherche appartement ou maison" – version Japon



J’ai déménagé !

Oui, je suis toujours au Japon, mais j’ai déménagé ! (^^)

Mon programme d’échange à KGU s’est fini, et comme expliqué dans mon précédent message, je continue à travailler dans la boutique où j’étais en baitoバイト(job d’appoint).
Du fait que je reste un an de plus, je devais quitter ma résidence étudiante située à Takarazuka, et je me suis mise en recherche d’un appartement proche de mon travail à Kobe, Higashinada-ku (Higashinada correspond grosso modo àun arrondissement à l’est de Kobe).

J’avais trouvé sur un site que des étrangersrecommandait le site UR parce qu’ils proposent des logements spacieux, propres et sans shikikin 敷金 (caution / dépôt de garantie) ni reikin 礼金 (argent qu’on paie au propriétaire comme ‘cadeau’). Ça peut se monter à un ou plusieurs mois de loyer parfois.
En naviguant sur ce site plein de logements me plaisent mais à laréflexion ils sont hyper loin du travail dans je laisse tomber.

Je finis par écouter les conseils autour de moi et de chercher sur des sites annexes genre Homes (la mascotte du site est un petit Sherlock Holmes, mignon non ?) qui listent les logements disponibles. Après avoir indiqué mes critères….
* prix : pas plus de 40.000 yens (soit 300 euros environ)
* surface : au moins 25m²
* pièce : 2 pièces minimum
* localisation : Kobe Higashinada-ku
* étage : pas de rez-de-chaussée (le RDC correspond au 1erétage et le 1er étage français correspond au 2e étage au Japon)
…. je fais des demandes sur différents sitespour savoir s’ils sont dispo et si je peux les visiter.


Premier appartement : on prend de la hauteur

Très vite j’ai un rendez-vous et Laurie m’accompagne le 22 décembre pour ma première visite.
J’étais un peu stressée à la première visite, mais la jeune femme de l’agence a été hyper chaleureuse. Arrivées devant l’appartementn°1, elle se rend compte qu’elle a pas les clés, nous laisse là, nous en profitons avec Laurie pour rejoindre un sanctuaire à proximité et admirons depuis les hauteurs le paysage, le port de Kobe et Osaka.
L’appartement était super. Un peu équipé, large, avec de larges placards aussi, une jolie vue sur les montagnes, il répondait à mes critères. Sauf qu’il était quand même ‘loin’ du travail, et pour y accéder, il faut monter une longue longue pente, ce qui serait hyper dur en vélo.Pas tout à fait convaincue je le mets de côté dans ma tête.

Visites suivantes : la grosse déconvenue

Laurie et moi visitons deux autres logements quelques jours plus tard. L’agence minuscule n’inspirait guère confiance, les logements n°2 et n°3 étaient soit hyper vieux soit trop en hauteur dans la montagne et galères à accéder… Le jeune homme de l’agence m’a en plus découragé en me disant qu’il y avait peu de biens correspondant à mes critères, et en plus les reikin et compagnie étaient de plusieurs dizaines de man(genre 500-1000 urgh). Bon.

Quatrième visite : serait-ce le bon ??
 
Nous alors sommes le 27 décembre. Je ne désespère pas et prend deux autre rdv : le premier pour le jour-même et le second pour le 4 janvier.
L’appartement n°4 està 2 stations de train du travail, soit 20mn en vélo. L’appart est fort bien fait, une chambre, un salon, la cuisine est pas mal, toilettes et SDB séparés. En hauteur, mais pas de pente trop raide, pas très loin du train et de supermarchés, en plus c’est un endroit que je connais un peu, avec des 露天ぶろうrotenburoupas très loin. Il me plait, il plait à Laurie. Je commence à me projeter dedans et assure de confirmer si je prends ou pas après une toute dernière visite du n°5lundi 4 janvier.

Cinquième visite avortée

Le dimanche 3 janvier, impossible de retrouver le mail confirmant le RDV du lendemain, je ne savais ni quel appartement c’était ni quelle agence alors (j’ai honte) j’ai attendu le matin qu’ils me contactent quand l’heure de RDV serait passée pour leur dire que je ne visiterai pas ce logement (il me semble en plus que les toilettes de cet appartement était ‘à la japonaise’, c’est à dire un peu comme les toilettes à la turque)(et oui j’ai encore honte de pas être allée voir le n°5….).

Et puis en même temps, ce matin-là, je vais sur le site d’une agence qui propose un logement que je convoite depuis le début de mes recherches. J’avais essayé je ne sais combien de fois d’obtenir une visite via le site qui met en contact agences et locataires, mais je n’avais jamais eu de réponse et même j’avais vu sur d’autres sites qu’en fait le logement était plein, donc j’avais abandonné.Mais 2 semaines avaient passé depuis que j’avais vu cette annonce la première fois, et je voyais toujours qu’une chambre était dispo dans ce super immeuble
Alors mise au pied du mur, 5mn avant de filer en cours et alors que je devais donner une réponse dans la journée pour savoir si oui ou non je prenais l’appart n°4, je demande un rdv que j’obtiens à 17h30.

Sixième visite : cette fois c’est la bonne !

Toute la journée les minutes ont semblé passer avec une lenteur incroyable, j’étais hyper impatiente à l’idée de faire cette visite, un appartement dans lequel j’avais placé beaucoup d’espoir (et c’est le n°6, un chiffre que j’aime bien !).
J’arrive à l’agence, remplit comme d’hab quelques papiers, et vers 17h45, alors qu’il fait déjà bien nuit on commence la visite.

A 17h30lacé beaucoup d’ite, dans un appartement dans lequel j’re insolenteAJ
Déjà, c‘est un logement qui remplit mes critères donc tout bon :
* prix : 40.000 yens, dans mon budget
* surface : 38m²
* pièce : cuisine large, chambre et salon séparés
* localisation : Kobe Higashinada-ku, 12mn à pied du travail
* étage : 1er étage (2e étage si on compte à la japonaise) dans une résidence de 8 appartements

Et les bonus :
* une superbe vue sur Kobe, Osaka, la mer et la montage
* un balcon fort large et sans vis-à-vis
* les deux pièces sont des 和室 washitsu, avec tatami (chose que beaucoup de gens n’aiment pas de nos jours car contraignant)
* l’appart a été remis à neuf (nouveaux tatamis, papier peint etc)

 

Quand je l’ai visité, la vue de nuit m’a séduite d’emblée. Il avait tout pour lui, alors 20mn aprèsla visite je me retrouvais déjà à l’agence pour préparer les papiers de location.
C’est allé un peu rapidement, il y a plein de rebondissements du genre moi qui mets trois ans à payer les premiers fais inhérents à la réservation, ou quand au lieu d’écrire 04/15 pour 15 avril (ma date de naissance) j’écris 15/04, ou quand je me trompe de numéro dans mon adresse à Takarazuka……
Mais finalement ça s’est quand même pas trop mal passé !
Mi-janvier j’ai pu quitter ma résidence étudiante et emménager le 15 janvier. Il m’a fallu créer un contrat pour l’eau, le gaz et l’électricité, acheter mes futons et quelques meubles, frigo, machine à laver… seul internet est arrivé hier, 15 février, un mois plus tard.
Je profite de cet article pour parler en plus des choses étonnantes lors de ma recherche d’appartement. Bien sûr tout ce que je dis ne s’applique pas partout, ce n’est que mon expérience ! Si vous avez des questions, n’hésitez pas !
1. Le déroulement d’un rendez-vous
Vous aurez RDV à l’agence à X heure, l’agent immobilier vous remettra sa carte de visite, c’est lui qui s’occupera de vous et vous contactera par mail tout au long de la procédure. Vous remplirez un petit document sur lequel vous écrivez vos coordonnées, le type de logement, superficie et loyer souhaités. Il y a beaucoup d’infos, souvent les même en fait, genre où vous étudiez/travaillez, la gare la plus proche, pour quelle raison vous déménagez etc… Bah si vous comprenez pas, laissez vide, c’est pas un drame ! Avec ce document, l’agent immobilier pourra vous proposer d’autres bien qui correspondent à vos critères, à vous de voir si vous avez du temps pour plusieurs visites. 
Votre agent vous remettra la feuille qui correspond à l’appartement que vous allez visiter et sur laquelle il y a toutes les infos (prix, surperficie, photos/plan d’agencement du logement etc), gardez la pendant la visite.
Ensuite en voiture Simone, on vous emmène voir le/les appartements, vous pouvez bien sûr faire des photos, vérifiez tout tout tout : 
* est-ce qu’il y a un jour entre la moustiquaire et la fenêtre
* l’isolation minimum
* des trous ou quoi dans la salle de bain ou cuisine
* est-ce qu’il y a de l’eau chaude dans l’évier de la cuisine
* les prises électrique
* où vous mettez la machine à laver
Etc… et une fois tout cela fini, retour à l’agence et petit débriefing avec l’employé.
Si un appartement vous a tapé dans l’œil, et que vous dites que vous le prenez, sachez que vous devez avoir sur vous un peu d’argent, pour moi c’était 10.000 yens (ça varie sans doute) qui permet de sécuriser l’option sur l’appartement.
2. Visites en chaussons
L’employé de l’agence préparera des chaussons pour vous et la personne qui vous accompagne éventuellement, car dans les logements au Japon, on ne rentre pas en chaussures. Vous enlevez vos souliers dans l’entrée puis rentrez dans le logement. Du coup, oubliez Converse et chaussures à lacer/difficiles à enlever et remettre.
3. Politesse qui met un peu mal à l’aise
Quand un client entre dans l’agence immobilière, tous les employés lancent un dynamique « いらしゃいませーーー!Irashaimaseeee !! » soit « Bienvenue ! », et quand un client sort, ils se lèvent, se penchent à 45° et lancent d’un sonore « ありがとうございましたー!Arigatou gozaimashitaaaaa !! » soit « Merci beaucoup ! ». Et parfois on me raccompagne à la porte (qu’on ouvre pour moi alors qu’il suffit d’appuyer sur un bouton) tout en me remerciant, et parfois un employé d’agence m’a accompagné dehors tout en se penchant et en me remerciant au moins mille fois. J’adore la politesse et le service à la japonaise, mais parfois ça me met très mal à l’aise d’être dans le rôle de l’honorable client.
4. Particularités des appartements japonais
certaines pièces sont faites en tatami, si vous en avez attention aux meubles lourds qui pourraient creuser des trous dans le tatami
– on met parfois les machines à laver sur le balcon. Si possible soyez à l’étage, mais notez que les rez-de-chaussée sont peut-être moins chers. Vérifiez où est le 洗濯置場sentaku okiba, l’endroit où on met la machine à laver, parfois dans la cuisine, salle de bain ou sur le balcon
il y a de la clim (à peu près ?) PARTOUT car l’été est très chaud. La clim fait aussi chauffage mais un petit chauffage électrique d’appoint est plus économique qu’utiliser le chauffage
– car en effet, les logements ne sont PAS isolés. Je voulais écrire « mal » mais faut bien l’avouer, les pertes de chaleur sont énormes, je sens l’air passer parfois au niveau de la porte d’entrée ou de fenêtres. Dans certains logements visités, il y avait des distorsions au niveau des portes ou fenêtres qui laissent passer l’air
au-dessus des toilettes il y a un lavabo pour se laver les mains immédiatement. Et l’eau qui glisse dans ce lavabo va servir la prochaine fois que vous tirez la chasse d’eau. Ça évite d’utiliser une eau propre/jamais utilisée pour la chasse, ce qui est quand même un poil plus écologique.

– selon les logements, il y a des robinets dans la cuisine qui ne donnent pas d’eau chaude

– la salle de bain est (toujours ?) composée d’un bain plus ou moins carré ou rectangulaire et parfois d’un petit espace pour se doucher avant de rentrer dans la baignoire. La plupart du temps aussi c’est équipé d’un système électrique pour choisir la température de l’eau, faire couler le bain et le garder à la température désirée.

5. Préciser que le terrain est plat est un sacré atout pour un appartement
Dans un pays composé à plus de 60% de montagnes et où il y a une forte densité de population dans les villes, il faut bien construire en hauteur, ce qui veut dire des pentes, des pentes et encore des pentes… Et bien raides parfois ces pentes ! Alors préciser que le trajet depuis la gare jusqu’au logement est plat est un sacré atout. Mais forcément dans les villes ces logements sont prisés donc plus chers. Mon appartement est sacrément en hauteur (entendre : je n’échangerai la vue contre rien au monde !) et ça n’a pas été une mince affaire de déménager (entendre : merci à toi Vanessa pour ton aide !!)
6. Animaux et pianos interdits
Si pour les animaux il est compréhensible de limiter les animaux surtout dans de petits logements (mais il parait qu’en allongeant des billets certains propriétaires changent d’avis…), j’ai été surprise qu’on me prévienne que les pianos étaient interdits. Et j’ai vu ce genre d’infos sur d’autres annonces.
En rouge ce qui n’est pas permis d’avoir
 
7. Les 和式イレwashiku toire, toilettes à la japonaise existent toujours !
Imaginez des toilettes à la turque, vous aurez une idée de ce que sont les toilettes à la japonaise. J’ai vu pas mal d’apparts intéressants que j’aurais aimé voir, si seulement ça n’avait pas été des toilettes à la japonaise…
8. Garants et pièces obligatoires
Mon garant est l’entreprise où je travaille par l’intermédiaire d’une des gérantes qui est Japonaise. L’autre gérant étant son époux Français, ça a un peu embêté l’employé de l’agence (entendre : il ne veut pas qu’un étranger résident au Japon soit garant d’une étrangère…) donc probablement que ça se passe comme ça d’habitude. Pour les pièces à réunir pour la location, ça change sans doute selon l’agence et le contrat, perso il fallait :
– le document de location rempli par moi et mon garant. Sur celui-ci on écrit les coordonnées mais également le montant des salaires respectifs. Visiblement on peut tricher sur cette somme, ils n’ont pas demandé de feuille d’impôt ou quoi que ce soitun étranger soit garant d », ça a un peu embtré l’ns doute, en tout cas c’ causer des dommages ts (mais il parait qu’n construir
– un document de l’agence Able qui résume les assurances, les coûts de nettoyage de l’appart entre autres, le tout s’élevant à environ 50.000 yens (390 €). J’ai failli me faire joliment avoir car profitant de mon statut d’étrangère ne maitrisant pas la langue, j’ignorais que je pouvais refuser certains éléments, du genre la désinfection de l’appart, chose que je peux faire, ou le service de conciergerie qui m’est complètement inutile. Et en souscrivant en plus à ma propre assurance grâce au soutien de mes employeurs, j’ai pu économiser près de 35.000 yens au total.
– un document officiel de la mairie de Kôbe certifiant que le tampon qui permet de signer les documents est un tampon officiel. En japonais, c’est un 連帯保証人印鑑証明rentai hoshouninn inkan shoumei. Ici on ne signe pas les documents importants, on les tamponne avec un 印鑑 inkan. Certains inkan/tampons étant extrêmement importants et précieux, on les enregistre à la mairie qui confirme que le tampon en question appartient bien à Monsieur ou Madame Bidule
– une copie de ma carte de résidente (car je suis étrangère, aux Japonais je ne sais ce qu’on leur demande)

A noter que l’agent immobilier a quand même téléphoné au propriétaire du logement pour savoir si une étrangère pouvait louer son bien. Hum hum.

9. Assurance séisme
Lors de l’établissement du contrat d’assurance, il y a un très très large volet qui porte sur les séismes, les dégâts provoqués par un séisme, par un incendie, par un incendie chez le voisin qui pourrait me causer des dommages… impensable en France !
Et voilà en gros !
Ce fut encore un fort long article. Parce que c’est vrai que ça m’a pris du temps pour les visites et préparer les papiers, le déménagement et l’arrivée dans ce logement. J’espère que cet article aidera les gens en Working Holiday ou des étudiants souhaitant prendre un appartement par eux-mêmes ! 

Questions :

Quand j’avais cherché mon logement, […] c’était une agence acceptant facilement les étrangers et parlant anglais […]. L’avantage c’est qu’ils s’étaient occupés d’activer l’eau, l’électricité… Ils m’ont même aidé pour internet qui est très compliqué (contraignant) à souscrire, je me demande d’ailleurs si tu as galéré pour internet, ou on t’a aidé ? 


Pour internet, j’avais d’abord décidé de prendre mon courage à deux mains, et comme pour l’eau, l’électricité et le gaz, de tout m’occuper toute seule via Flet’s Hikari qui gère les fournisseur d’accès à internet. Puis au moment de remplir la demande, j’ai compris qu’il fallait que je parle au téléphone (m*rdouille j’aime pas ça !).
Donc j’abandonne lâchement et fait une demande auprès d’un service anglophone, Jimmie, un gars qui s’occupe gratuitement de demander internet pour les étrangers. Il est payé par le FAI, et une copine (Laurie) avait déjà fait appel à lui donc c’était safe.
Mais les tarifs proposés dans son devis étaient plus hauts que ce que j’avais vu moi en faisant mon propre devis en japonais sur Flet‘s Hikari donc je m’occupe finalement du truc moi-même. Je remplis la demande, choisis un horaire pour qu’ils m’appellent et après avoir discuté avec une employée, j’ai été aiguillée vers Biglobe. 
Le gros problème c’est qu’entre le jour de l’appel et le moment où un employé va venir vous connecter à Internet, il se passe 1 mois. Mais qu’on passe avec Jimmie ou qu’on s’en occupe seul, c’est à peu près la même durée.

C’est pas si difficile de demander internet quand on parle un peu japonais, mais faut un numéro de téléphone et prendre sur soi pour parler.



C’est compliqué d’avoir un garant ou de trouver un appartement ?

Avoir un garant : oui et non. Des entreprises peuvent se porter garantes mais je ne connais pas leurs tarifs. Pour les garants/personnes physiques, c’est sûr qu’à moins d’avoir des contacts/amis qui ont confiance en vous, oui c’est difficile ! Si en France un étranger que vous connaissez à peine vous demande d’être garant d’un logement à 300 ou 400€/mois, vous y réfléchissez à deux fois non ? Pareil pour eux !

La location ça peut être moins d’1 an ?

Ça dépend des logements et des agences je pense, mais concrètement oui ! Surtout sur des sites qui s’occupent d’étrangers. Mais parfois annuler ou raccourcir le bail pour vous obliger quand même à payer un ou deux mois de loyers alors que vous avez déjà quitté le logement.

C’est possible de louer depuis la France et après d’aller au Japon par exemple en working holiday?

Absolument. Mais pas vraiment « louer », vous pouvez « sécuriser » un logement en payant une somme d’avance, et une fois arrivé au Japon vous payez le reste. Et une fois le reste payé, c’est considéré comme « loué ».

Publié dans 2016, Apartment, Appartement, アパート, ワーキングホリデー, Conseil, 留学, 神戸, http://schemas.google.com/blogger/2008/kind#post, J'ai testé pour vous, Japan, Japon, Location, Logement, Louer, Rent, Vie Quotidienne, Working Holiday, 日本 | 2 commentaires